Aller au contenu principal

NEWS - RECHERCHES CLINIQUES

Articles

Un bloc du carré des lombes pour diminuer les douleurs post-césariennes

13 juin 2022 - Temps de lecture 6 minutes

Deux anesthésistes du Groupe Ramsay Santé s’intéressent au bloc du carré des lombes comme alternative à l’injection intrathécale de morphine pour les césariennes programmées.

« Notre équipe a une appétence particulière pour les techniques d’anesthésies locorégionales », explique le Docteur Olivier Maupain, anesthésiste-réanimateur à l’Hôpital privé Claude Galien (Quincy-sous-Sénart, Ramsay Santé). « Nous avons testé la technique du bloc du carré des lombes pour des césariennes avec des résultats intéressants et de bons retours de la part des sages-femmes », poursuit le praticien-chercheur.  C’est ce qui a amené les Docteurs Olivier Maupain et Thomas Giral à mener une évaluation de la technique de bloc du carré des lombes pour des césariennes programmées.

 

Comparaison bloc des lombes vs morphine intrathécale

« Nous avons commencé à parler de la technique de bloc du carré des lombes vers 2018, alors qu’elle semblait prometteuse en chirurgie abdominale. Mais il n’existait pas d’évaluation suffisante pour la césarienne. L’objectif de nos recherches a donc été de la comparer à la technique de référence », détaille le Dr Thomas Giral.

Il s’agit pour les chercheurs de confronter deux stratégies : la rachianesthésie accompagnée d’une injection de morphine par voie intrathécale, et la rachianesthésie avec bloc du carré des lombes. « Le critère de jugement principal est la consommation morphinique, mesurée par une pompe PCA de morphine que la patiente garde pendant 24h après l’intervention », précise le Dr Maupain. Les paramètres secondaires sont les douleurs post-opératoires à 48h (h6, h12, h24 et h48), évaluées au repos et à l’effort par questionnaire EVA, ainsi que la réhabilitation post-césarienne et le retour à l’autonomie, appréciés par questionnaire OBS Score.

 

Prolonger l’analgésie et éviter les effets secondaires liés à la morphine

Cette étude monocentrique prospective randomisée, contrôlée et interventionnelle est menée en double aveugle. A ce jour, 88 des 100 patientes prévues ont été inclues, à raison de 50 dans chaque groupe. Les critères d’inclusion prévoient des grossesses non pathologiques menées à terme, avec des indications standards de césariennes programmées : utérus cicatriciel, siège, disproportion foeto-pelvienne, macrosomie…

« Nous faisons cette étude parce que nous pensons que ce bloc procurerait une analgésie postopératoire prolongée et permettrait d’éviter les effets secondaires de la morphine » commente le Dr Giral, avant d’ajouter : les résultats permettront de statuer sur l’intérêt ou non de la technique pour la gestion de la douleur après une césarienne programmée. »

Pour conclure, les docteurs Maupain et Giral saluent le soutien méthodologique et statistique déjà apporté par la Direction Recherche et Enseignement de Ramsay Santé.

 

Cette étude est soutenue par la Direction Recherche et Enseignement de Ramsay Santé